Les technologies de l’IA et de réalité virtuelle sont en train de révolutionner les modes d’enseignement

 Le directeur général de l’Ecole marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI), Mohamed Essaaidi, a souligné, lundi soir à Tanger, que les technologies de l’intelligence artificielle (IA) et de réalité virtuelle sont en train de révolutionner les modes d’éducation et d’enseignement.

S’exprimant lors de la première conférence organisée dans le cadre de la 8è édition du Festival des sciences, placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, M. Essaaidi a estimé que les technologies immersives ont atteint un degré de maturité leur permettant d’influencer de nombreux domaines, en particulier l’éducation et l’enseignement, notant que “la prochaine ère numérique va tout changer”.

“Nous sommes en train de vivre une nouvelle révolution, menée par des technologies immersives telles que la réalité virtuelle, augmentée ou étendue ainsi que le Metaverse”, a-t-il enchainé, relevant que ces technologies contribueront incontestablement à l’amélioration de la qualité de l’éducation.

M. Essaaidi a, à cet égard, présenté les résultats d’une étude réalisée au niveau international sur l’impact des technologies immersives sur l’éducation, qui révèlent que ces technologies sont quatre fois plus rapides à former qu’en classe, et que les bénéficiaires sont 275% plus confiants à appliquer les compétences acquises après la formation, 3,75 fois plus émotionnellement liés au contenu que les apprenants en classe, et 4 fois plus concentrés que leurs pairs e-learning.

Il a également mis l’accent sur les avantages de l’utilisation de ces technologies pour créer des environnements d’apprentissage plus engageants, interactifs et personnalisés, en plus de leur capacité à aider les étudiants à mieux comprendre les concepts difficiles et à acquérir des compétences pratiques.

Dans ce cadre, M. Essaaidi a passé en revue quelques exemples d’intégration de ces technologies dans l’éducation, en l’occurrence les “métaversités” et les “jumeaux numériques”, ainsi que la création d’”avatars” à l’aide de technologies d’IA, ou d’un “hologramme” de patient pour permettre aux étudiants en médecine de réaliser des travaux pratiques, en plus d’autres exemples d’applications des technologies immersives dans différents domaines de l’éducation, notamment les sciences, les mathématiques, l’ingénierie, l’architecture, l’art et la médecine.

Il a aussi abordé les défis liés à l’adoption de ces technologies dans l’éducation, ainsi que les meilleures pratiques pour intégrer ces outils pédagogiques innovants dans les programmes de formation.

Le conférencier a, par ailleurs, évoqué l’expérience de l’Institut “The Interactive Digital Center” de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir, qui a été inauguré en 2020 pour développer des solutions de transfert de connaissances dans le domaine des technologies de réalité virtuelle, et qui dispense des formations axées autour de l’EON Reality’s Academy, la pédagogie 3.0 et les “smart works”, ainsi que des formations dans les domaines de l’architecture, de la médecine et de l’ingénierie, à travers les technologies de réalité augmentée.

Il a, dans ce sens, présenté quelques exemples d’innovations réalisées au niveau du centre, notamment la mise en place d’applications de réalité virtuelle et augmentée dans les domaines de la médecine et la médecine dentaire, la création d’un musée numérique et le lancement d’une expérience de technologie immersive sur les objectifs de développement durable.

Dans une déclaration à M24, la chaine télévisée de l’information en continu de la MAP, M. Essaaidi a affirmé que les technologies numériques ont connu un développement considérable, notamment grâce à l’utilisation des applications de l’IA et des différentes technologies de réalité virtuelle, soulignant que la pandémie a grandement contribué à l’accélération de la numérisation, en particulier au niveau de l’enseignement, à travers le développement d’un ensemble de plateformes numériques.

Il a relevé que le niveau de développement et de maturité des technologies d’IA et de réalité virtuelle permet de parler des universités virtuelles qui permettent aux étudiants de bénéficier de formations et de réaliser facilement des travaux pratiques dans plusieurs disciplines, dont la médecine et l’ingénierie, relevant que ces technologies ouvrent de nouveaux espaces pour développer le système éducatif et améliorer l’apprentissage des élèves, malgré les défis liés à la disponibilité de ces technologies et leurs dispositifs.

Pour sa part, le président de la Fondation “Sigma” et du Club UNESCO Tanger, organisateurs de l’événement, Mohammed Semlali, a souligné que cette manifestation, organisée sous le thème “Sciences et innovations pour un développement durable”, s’inscrit dans le cadre des efforts visant à rapprocher la science et ses applications des Marocains, notamment des jeunes, à travers des conférences animées par d’éminents chercheurs et scientifiques.

Il a présenté le programme de cette édition, qui comprend une exposition des institutions partenaires, des conférences thématiques, des ateliers pratiques et des visites éducatives, en plus de la projection de documentaires et de films éducatifs.

Au programme de cet événement de cinq jours figurent des conférences sous les thèmes “innovations en biotechnologie”, “remarques sur les constantes universelles”, “environnement et énergies propres”, “de l’optique à la photonique” et “étoiles et lumière”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *