culture

« JOURNÉE NATIONALE DE L’ÉCRIVAINE » : Rencontre Aïcha Belarbi et la LEM(El Jadida)

 

CHAHID AHMED

C’est une belle, magnifique et surtout avant gardiste tournure que s’engagent à négocier les représentantes de la LEM (Section d’El Jadida)
en ce mois de Mars 2020. Cela ressemble un peu à un meilleur agencement de mots dans une phrase- citation ou dans un ver de poésie.
En clair, moi qui croyait que ces « militantes du droit à la culture », allaient mettre leur armes momentanément de côté, pour focaliser toute leur attention autour de la date du 8 Mars qui symbolise une fête au féminin, sous le nom de la « Journée Internationale de la femme ». Une journée qui puise son origine dans les luttes des ouvrières du début du XXe siècle, devenue journée revendicative, où traditionnellement des groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis… en se jetant des fleurs à tout va, en guise de célébration.
Toutefois, il se trouve aujourd’hui, que tout en gardant à l’esprit l’essence même de cette célébration du 8 Mars qui est dédiée à la femme, la LEM s’est évertuée à ajouter un plus à cette journée en l’accouplant nationalement avec une autre manifestation fixée à la date du 9 Mars sous le nom de la « Journée Nationale de l’Écrivaine »… une autre manière de glorifier l’apport de la femme dans le domaine culturel qui représente le grand catalyseur de toute civilisation.
Une autre manière de dire que « notre chaise ne sera jamais ni vide ni reléguée aux dernières rangées ».
Une autre manière civilisée, de souffler à qui veut le savoir, que « nous avons beaucoup des choses à dire, maintes choses à faire et nous avons les capacités de les réussir pour le bien de notre pays.
Ainsi donc, qui de mieux que Aïcha BELARBI cette authentique lettrée et militante engagée pour illuminer cette 4ème édition de la « Journée Nationale de l’Écrivaine du Maroc », dont la première édition avait eu lieu, selon les organisatrices, en 2016, à Rabat, sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Aïcha BELARBI, avec en face Khatiba MOUNDIB et Malika FAHIME, une rencontre qui s’annonce aussi charmante que fructueuse, en ce 9 Mars au complexe Culturel de l’OCP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *