politique

LE CENTRE D’ETUDES ET DE RECHERCHES MOHAMED BENSAID AIT-IDDER.

Par Abdelali Najah

Le Centre d’Etudes et de Recherches Mohamed Bensaid Ait-Idder est une fondation dédiée à la recherche, à la documentation, à la traduction, à l’édition et à l’animation culturelle. Elle s’intéresse à tout ce qui concerne le Maroc en tant que société et Etat, à tout ce qui le touche dans son identité et son cheminement historique, et ses conditions politiques, économiques, sociales et culturelles. Il a été fondé le 23 Avril 2011 à Casablanca, à l’initiative d’un groupe de personnalités, de compétences scientifiques et académiques venant d’horizons et de spécialités scientifiques diverses.
Il est une fondation culturelle et scientifique indépendante juridiquement et financièrement de toute autorité politique, économique et financière, elle est souveraine quant à l’orientation, et à la détermination de ses recherches et ses études dont le cadre est défini par les finalités inscrites dans son statut, les objectifs et les projets dont décident les instances dirigeantes.
Les objectifs principaux qui ont présidé à la création de ce centre sont la prise de conscience du grand besoin des rôles de plus en plus assurés dans le monde actuel, par ce genre de structures dans l’élaboration des décisions et des pratiques de l’acteur politique sur la base nécessaire et suffisante d’un savoir académique et d’une expertise technique, et qui a fait que ce domaine se métamorphose avec une grande vitesse au cours des dernières années en un nouvel espace des enjeux du pouvoir et des grands conflits stratégiques aux niveaux national, régional et mondial ; le fait que l’histoire de la gauche dans notre pays soit, pour des raisons politiques et idéologiques, et non pas pour son non-enracinement historique ou la marginalité de son action politique, l’un des volets les plus marginalisés et les plus exclus par la recherche scientifique dans nos universités. En conséquence, le centre prend en charge l’initiative de briser le silence dont fut entourée cette histoire et de commencer à mettre en lumière ses faits et ses actions, en collaboration avec d’autres centres nationaux avec lesquels il partage les finalités et les objectifs ; et répondre au besoin exprimé par des générations entières de militants et de militantes qui ont contribué à l’expérience de la gauche, avec toutes ses organisations et ses courants, en vue de réhabiliter l’histoire/son histoire, ainsi qu’au droit des nouvelles générations de jeunes assoiffés de liberté, de connaître les faits de ce passé tel qu’ils se sont réellement passés, pour qu’ils constituent un élan de rénovation de l’engagement en vue d’œuvrer pour les mêmes valeurs et objectifs qu’ont portés les générations précédentes.

Compte tenu de toutes ces aspirations, le centre a pour objectif :
* Que son centre d’intérêt général englobe toutes les recherches et les études historiques dont le thème principal est le mouvement national marocain, au Maroc comme champ, état et société, et qu’il concentre son intérêt dans un premier temps sur l’histoire de la gauche au Maroc, compte tenu des desseins précités et du danger de disparition et de perte qui guette le patrimoine et la mémoire de cette gauche, et qui sont nécessaires pour écrire et compléter l’écriture de cette histoire. Dans cette perspective, le centre œuvrera pour constituer une archive qui réunit la matière historique avérée de l’histoire de la gauche (documents écrits, mémoires, témoignages, écrits, lectures, photos, enregistrements sonores ou audio-visuels, journaux, revues…) ; établir une chronologie globale des principaux événements organisationnels et politiques de l’histoire de la gauche ; mettre en place une base de données fonctionnelle et sa mise à disposition des chercheurs et toute personne susceptible de s’intéresser à cette histoire ; rassembler les exemples les plus représentatifs des expériences de la gauche au niveau régional et mondial, et effectuer des études comparatives entre elles, et particulièrement entre ces expériences et l’expérience marocaine.
* S’ouvrir à toutes les compétences et les spécialités dans les champs des sciences humaines, sociales, économiques et juridiques…et aux études et re-cherches dont le sujet concerne la situation actuelle du Maroc, et aux conditions de sa maîtrise des décisions ayant trait à son cheminement historique, et fournir, le cas échéant, de l’expertise et de la consultation dans ce domaine.
Etant donné que la principale certitude qui oriente les travaux du centre et ses activités est sa profonde conviction que les relations entre la science, le politique et la société représentent aujourd’hui un des enjeux les plus importants d’une véritable démocratie, il fournira tous les efforts requis en vue de servir la refondation d’une unité fructueuse entre la recherche et la production scientifique en tant que force vive de changement, et l’engagement social pris dans son sens global et noble. Cette unité est susceptible d’être un moyen pour mieux comprendre la tâche du savant, chercheur/citoyen, et ce à l’encontre d’un mode de pratique politique démagogique et hostile à toute tentative d’instruire les ayants droit pour qu’ils prennent leurs destinées en main, et à l’encontre d’un modèle de pratique « scientifique » technicienne qui lutte pour neutraliser la science en tant que force productive, et pour vider la pratique scientifique de tout engagement social, au nom de l’objectivité, et qui en réalité, ne fait que faciliter et justifier sa mise au service du capital.
Et pour arriver à ses fins, le centre comptera sur l’organisation de recherches et d’études scientifiques et de symposiums scientifiques et politiques, la publication d’un périodique du centre, la création d’un site électronique, la publication de livres, et la mise en place de relations de coopération et de partenariat avec tous les centres de recherches et d’études, d’universités, et de personnalités qui partagent avec le centre, les mêmes préoccupations, finalités et dont les objectifs et les projets lui correspondent aux siens.
Les ressources du centre se constituent des dons des personnes, des aides étatiques et des institutions publiques, les revenus générés par la vente de publications et autres activités ou services que fournit le centre dans un cadre légal. Le centre peut également faire appel au financement extérieur de projets bien déterminés à condition qu’il ne porte pas préjudice à son identité et à son autonomie et que toutes les garanties suffisantes de transparence soient assurées.
Quant à la structure administrative du centre, elle se base sur les instances suivantes : l’assemblée générale des membres, le conseil administratif et le bureau directeur, assistés par le comité scientifique consultatif et les différentes commissions. Le statut et le règlement interne déterminent les pouvoirs attribués à chaque organe.